Formation en Communication Pacifique
Bangui, Republique Centro Africaine

Microprojet: : Formation en Communication Pacifique

 

 

 

 

 

Partenaire : Réseau Foi Culture et Education (RFCE)

Durée : 1 an

Beneficiaries:

Depuis plusieurs années, l’Afrique centrale a vu se succéder de nombreux actes de violence dus à des crises politiques et des conflits interculturels ou interethniques. Les jeunes sont en général les premières victimes de ces conflits, évoluant toujours plus dans un environnement agressif, qui les pousse souvent à développer des sentiments de haine ou de jalousie.

 

Le changement de mentalité grâce à une formation permanente demeure le défi principal dans la recherche d’un comportement non violent et d’une paix durable. Il est donc indispensable de développer au sein des mouvements de jeunes, et avec eux, des activités permettant à la non-violence de devenir une culture fondée sur le respect de la vie et de la dignité de chacun.

 

C’est à ce défi que s’attelle l’association Réseau Foi, Culture et Education (RFCE) en République Centrafricaine. Elle souhaite accroître son activité d’organisation de sessions de formation en communication non-violente qui ont eu des effets très positifs sur son public cible, les jeunes.

 

RFCE utilise les supports de cours proposés par le pasteur Michel Monod de l’Association pour la promotion de la communication pacifique et non-violente (basée à Genève), qui s’est inspiré lui-même des idées de Marshall Rosenborg et a formé les formateurs de l’association.

 

L’objectif du projet est de contribuer au changement des comportements quotidiens des jeunes, pour refléter la non-violence et la paix grâce à des formations permettant aux élèves, étudiants et membres des mouvements et associations de jeunes de la société civile de développer un langage pacifique et un comportement non-violent.

 

Deux formations d’une durée de 3 jours chacune étaient prévues mais seule la première a été réalisée (au mois d’août en raison des évènements survenus à l’automne dans ce pays). 15 jeunes d’un lycée de 18 à 30 ans y ont participé. Les 15 autres membres de la Jeunesse Islamique Centrafricaine qui devaient participer à la seconde session participeront à la seconde session en 2013 après que le calme aura été rétabli.

 

 

Montant financé par le SeCoDév : 1'480 CHF

 

 

 

 

@SeCoDev, Service Cooperation au Développement en Afrique, en Amérique Latine et en Asie