Mise en place d’une ferme pilote de production de cailles
Nkolkoumou, Cameroun

Microprojet: : Formation des femmes migrantes victimes de la traite des êtres humains au Liban au développement d'activités génératrices de revenus dans leurs pays d'origine

 

 

 

 

Partenaire : GIC EPC (Groupe d’Initiative Commune, les Eleveurs et Planteurs du Centre)

Durée : 1 an

Beneficiares: Les 20 membres du GIC EPC et leurs familles => au total plus de 200personnes ; ainsi que les membres de la communauté souhaitant

Dans cette zone  périurbaine, située dans la région du centre du Cameroun, dans l’arrondissement de Yaoundé 7, le climat et l’environnement sont très favorables pour l’agriculture, l’élevage et le commerce rural. Le village de Nkol-Koumou compte environ 2’850 personnes, en majorité des femmes. Les jeunes (56 % de la population) sont pour la plupart des sans-emploi et vivent essentiellement de la cueillette du vin de palme, de l’agriculture familiale et de l’élevage domestique. Ce sont des personnes vulnérables et sans avenir sérieux, et la communauté risque de s’enfoncer dans une situation difficile de famine et de déséquilibre alimentaire.

 

L’élevage de cailles peut s’effectuer en ville comme à la campagne. Les membres du GIC EPC, installés en milieu périurbain depuis quelques années, peuvent produire des résultats aussi flatteurs que s’il était dans un milieu seulement rural.

 

L’œuf de caille encore appelé ‘’Merveille’’ contient 5 fois plus de fer, de calcium, de potassium et de zinc, 6 fois plus de vitamine B6, 15 fois plus de vitamine B2 que l’œuf de poule. C’est pourquoi l’œuf de caille est un aliment thérapeutique dont la production et la distribution aux déficients en minéraux vitaminiques très nombreux en Afrique est particulièrement prisé.

 

La crise économique qui perdure dans ce pays a entraîné avec elle un cortège des maux qui minent la société : chômage, baisse des revenus, pauvreté, mal nutrition, famine etc., entraînant un exode rural massif ; d’où la nécessité de mettre sur pied des activités créatrices de richesses pouvant freiner cet exode et donner confiance à ces populations.

 

Toute la région ne disposant d’aucune ferme de cailles, la  population villageoise doit se déplacer vers des zones très éloignées pour pouvoir s’offrir des œufs de caille, aliment très important pour la santé des personnes sous régimes alimentaires.

 

Le projet a pour objectif général de lutter contre la pauvreté et d’améliorer les conditions de vie des membres de ce groupe promoteur et des populations locales, tout en partageant les bénéfices nets entre les membres de ce groupe et d’augmenter la consommation des ménages. Cet appui à la filière agropastorale de petit bétail participe au processus d’amélioration de l’économie nationale et de la qualité de vie des populations concernées. La vulgarisation du projet dans la zone  soutiendra l’autonomie des bénéficiaires dans le milieu et leur professionnalisation dans ce domaine.

 

 

Montant financé par le SeCoDév : 7'200 CHF

 

 

 

 

@SeCoDev, Service Cooperation au Développement en Afrique, en Amérique Latine et en Asie